Ce qui change vraiment. (Quand vient le « petit dernier »)

J’ai été la jeune mère d’enfants rapprochés…

Je suis aujourd’hui la moins jeune mère d’un enfant longtemps désiré.

Si dans ma façon d’éduquer je n’ai rien révolutionné, je me suis néanmoins adaptée.

Aujourd’hui je fais différemment, avec le temps dont je dispose, je suis plus détendue

et je me fais davantage confiance.

Il m’arrive de « sauter » un bain, ou de sortir mon bébé en pyjama.

J’accepte aussi de recevoir l’aide de mes amis lorsqu’ils me le proposent spontanément.

Je bénis toutes ces inventions qui me font gagner du temps…

(Merci les porte-bébés sans noeuds Studio Roméo et les pyjama zippés Comète Paris qui n’existaient pas il y a 7 ans 😉

Et je redécouvre avec plaisir les joies de la petite enfance.

On me demande souvent si ce n’est pas trop difficile de retourner à tout cela.

Et bien non.

A partir du moment ou c’est un projet que l’on a, on s’attend bien à changer des couches et se réveiller la nuit.

Evidemment que j’apprécierai de dormir davantage mais j’entends par la que les nuits hachées ne sont pas une surprise…

Puis j’avais eu le temps de me faire à l’idée. J’étais bien préparée. (Un peu comme une phase finale de championnats de France. Celle pour laquelle on s’est préparée pendant des mois.)

Je renoue avec mon passé de sportive de haut niveau en somme.

Notre quotidien…il nous faut l’adapter. Le plus difficile étant de garder le cap, entre la sortie de l’école et le coucher.

J’avoue que souvent je rêverais d’avoir dans ces moments là une petite fée pour m’épauler.

Mais pour tout le reste, pas de changement significatif. Nos enfants nous suivent partout, qu’ils aient 1 mois ou 9 ans. Au restaurant, chez nos amis, en voyage…

Elie n’a donc pas vraiment bousculé nos habitudes.

Les sorties au cinéma sont devenues plus complexes à organiser, car depuis plusieurs années nous avions l’habitude de voir de nombreux films en famille.

Il faut donc pour le moment se séparer, mais la encore, j’y vois un avantage, car cela nous permet de créer des moments privilégiés avec nos « grands » enfants chacun à leur tour. Rien d’insurmontable donc.

Ce que je n’avais pas anticipé c’est la formidable complicité qui se tisse jour après jour

entre mon bébé et ses aînés.

Ils sont tout simplement fous de lui, et s’attendrissent à chaque instant, ils ne lui en veulent même pas de pleurer trop fort pendant leur dessin animé ni de leur tirer les cheveux,

ils acceptent tout avec beaucoup de bienveillance, et c’est très touchant.

C’est vrai qu’ils étaient très heureux  à l’idée de l’accueillir, mais on ne peut jamais vraiment bien s’imaginer ce à quoi le quotidien ressemblera tant que l’enfant n’est pas encore la.

Je n’avais pas vécu cela pour mes deux premiers enfants car Sam n’avait que 2 ans à peine

lorsque Rose est née.

Très vite, ils ont eu le même rythme ou presque, ont partagé leur chambre, et leurs jouets

puis leur crèche et ensuite leur école.

Ils ont du partager leurs parents aussi, avec plus ou moins de facilité d’ailleurs,

car des enfants de 2 et 4 ans ont généralement des besoins similaires (et simultanés)

et il n’est pas toujours facile de contenter chacun.

Ils ont partagé les mêmes envies, certains de leurs loisirs, (et ceci vaut encore aujourd’hui)

les unissant dans une relation presque gémellaire.

Alors l’enfant petit qui arrive, bouleverse nos vies et l’ordre établi, je redécouvre.

Comme c’est souvent le cas lors d’une première naissance.

Les gestes sont la, je n’ai rien oublié, ils reviennent comme autant d’automatismes.

Ce qui est nouveau aujourd’hui, c’est la solidarité et l’entraide qui se mettent en place

pour entourer au mieux le tout petit.

Ce bébé, nous l’avons accueilli à 4 et c’est en cela que cette expérience est très particulière.

Mais comme rien n’est jamais parfait, ce qui change aussi c’est la nouvelle rivalité entre les deux aînés qui se disputent les faveurs du petit dernier…;)

A toutes mes amies qui me demandent s’il n’est pas trop tard pour se remettre à pouponner

après avoir laissé passer quelques années, je répond souvent qu’il n’y a pas d’écart d’âge à respecter,

il n’y a que des « bons » moments.

On ne vit pas heureux avec des regrets.

Je suis ravie d’avoir connu ces deux cas de figure, totalement opposés mais tellement enrichissants.

Ps : A l’heure ou je vous écris je me réveille d’une nuit de 7 heures !

Pps : Si comme moi en ce moment vos enfants sont comme chiens et chats je vous remets le lien de ma « bible ».

 

 

 

 

 

 

 

 

29 Commentaires

  1. Très bel article, merci pour ce partage 🙂
    Une nuit de 7h wouah !

    1. Merci Lucie !
      Oui, une nuit qui peut être considérée comme telle ! la première en 6 mois 😉

  2. Babillages et Gazouillis dit : Répondre

    Roooh ces petites joues à bisous ! Comme tu le sais, j’adore moi aussi voir se tisser ces relations dans la fratrie, cette admiration, cette bienveillance et cette complicité. Tes photos les racontent si bien !
    Je me retrouve tout à fait dans ta vision des choses et nous, nous savons déjà que le petit (ou la petite) troisième viendra un peu plus tard, pour nous laisser le temps de voir grandir un peu les premiers et savourer plus que jamais les moments avec « le petit dernier ».

    1. Merci pour tes mots doux.
      Ce sera magique tu verras ! pas tous les jours évidemment mais ca, tout le monde le sait déjà !

      je t’embrasse !!

  3. C’est vraiment fou cette complicité avec les grands ! Milo à 6 mois et des qu’il voit ses sœurs arriver il n’y a plus qu’elles qui comptent et au moindre de leurs gestes il ri aux éclats et cherche à nouveau leurs regards … Avoir un 3 ieme enfant c’est comme du lâcher prise , accepter que l’on ne peut pas tout contrôler et aussi se rendre compte que nos enfants sont en force numéraire

    1. tu sais que cela m’a surprise lorsque j’ai vu ton/mon prénom apparaitre à l’écran !!!
      tu as entièrement raison, cette « force numéraire » est très puissante à ressentir !!
      et Elie est comme Milo, totalement fan de ses aînés !!!

  4. A 3 semaines du terme de ma 3e (Et dernière) grossesse, on est sur le point de découvrir ce que tu décris si joliment dans ton article.
    Les 2 grands ont 3 ans d’écart, et ma fille a tout de suite été très « maternante » avec son petit frère. À mesure qu’ils grandissent, on voit se tisser une jolie complicité entre eux (Et les conflits aussi, bien sûr!)
    À maintenant 7 et 4 ans, ils ont hâte de rencontrer ce petit bébé et de s’en occuper comme les grands qu’ils sont!!

    1. jai hate d’avoir tes premières impressions…
      3, c’est l’équilibre instable, la force de la nature, le couple qui se démultiplie… pour moi c’était une évidence !
      belle rencontre !!!

  5. Mes 2 grands ont tout juste 2 ans d’écart et le petit dernier est arrivé quand ils avaient 4 et 6 ans. Pas de grand bouleversement non plus, on a toujours voulu minimum 3 enfants . Avec mon mari on alterne pour aller au ciné avec les grands . Tu n’as pas parlé du linge, c’est je trouve la tâche ménagère la plus impactée . Ils ont maintenant presque 3 ans, 7 et 9 ans, et quand je suis seule avec eux, par exemple pendant les vacances, je coince un peu pour les activités. Tel spectacle convient aux grands mais pas au petit et inversement. C’est rien de méchant mais il faut qu’on pense à proposer au petit des activités auxquelles ses aînés ont eu droit !

    1. arf le linge…;) Mon article n’avait pas pour but de parler de manière exhaustive des corvées domestiques 😉 Je n’y ai même pas pensé car ce n’est généralement pas ce qui pousse à agrandir la famille ou à y renoncer. un peu comme la voiture, pour moi ce qui est « matériel » n’est pas vraiment un argument. Mais oui en effet, plus il y a d’enfants et plus on a de linge à laver et de bouches à nourrir.
      Généralement les gens me demandent si nous continuons à sortir ou à voyager, c’est souvent ce qui questionne le plus.
      Tu as raison pour les activités, lorsque les âges sont réellement différents il faut s’adapter pour satisfaire chacun. Je n’en suis pas encore la car Elie ne va pour le moment ni au théâtre ni au cinéma mais j’imagine que nous ferons comme pour les films, nous ferons plusieurs équipes.
      Ceci dit, c’est déjà un peu le cas, ma fille aime aller au musée tandis que mon fils préfère les sorties plus sportives donc il nous arrive régulièrement de faire selon les goûts de chacun même sils ont à peu près le même âge. Quand on peut les faire garder à tour de rôle, c’est l’idéal pour donner du temps un peu privilégié à chacun pendant les vacances par exemple…mais tout le monde n’a pas cette chance et en ce qui me concerne, je n’ai ni famille sur place ni baby sitter pour le moment…

  6. Merci pour cette bouffée d’oxygene…En effet, vouloir un petit 3 ème, avec déjà 2 enfants épinglés comme « déjà grands », par les qu’en dira-t-on, (6 et 9 ans pour les nôtres…)semble être une vraie folie… »se remettre dans les couches », « repartir pour un tour »…je ne comprends pas ces paroles à des parents qui ont un désir d’enfant, je trouve ça tellement futile par rapport à un désir profond et viscéral…Bref, je me sens moins seule et vous remercie pour ce bel article toujours plein de douceurs, d’amour et de bienveillance

    1. C’est moi qui vous remercie pour ces mots…Ah les « qu’en dira -t- on » ? J’ai entendu tellement de remarques…souvent maladroites, parfois blessantes…les gens s’interrogent et semblent ne pas trouver à leur goût quand on sort un peu du schéma « traditionnel’. Outre l’écart d’âge, Il y a ceux qui se permettent aussi de clamer que 3 enfants c’est de l’inconscience…alors même qu’on n’a pas demandé leur avis.
      Ce que pensent les gens maintenant je m’en fiche. Il m’aura fallu du temps…Nous sommes les capitaines de notre propre vie, à nous de mener la barque.

  7. Stéphanie Kalusevic dit : Répondre

    C’est vrai que quand on voit tes 3 loulous ensemble, ça donne envie de se lancer et de faire le petit dernier…D’ailleurs les filles nous le réclament à chaque fois qu’elles voient Elie 🙂 Tu peux être fière de ta merveilleuse petit famille Laureen!!!!!

    1. Merci Stéphanie ! Je t’embrasse (et je ne me rangerai pas du côté de tes filles…je n’ai pas envie d’être insistante car je sais que votre choix est fait !)

  8. Très joli témoignage.
    Ici on a vécu la fratrie avec 7 ans d’écart. Pour moi c’est l’idéal car c’était voulu (même si bébé 2 a eu du mal à venir, ce qui a accentué un peu l’écart). Après oui on oublie qd un peu les nuits hachées même si on sait ce qui nous attend. En tout cas ça nous correspond et c’est bien le principal.

    1. exactement ! faire les choix qui nous correspondent, c’est essentiel… il y a mille façon d’être parents. Le but est d’être épanoui avec 0,1, 2, 3 ou 10 enfants ! 😉

  9. Un très bel article ! Merci pour ce partage…

    1. merci Cécile !!!

  10. Bonjour et merci beaucoup pour cet article très riche. Je me retrouve dans un peu près tout ce que vous décrivez. L’arrivée du troisième ici aussi, à été plus que du côté d’un grand bonheur que d’un véritable chamboulement. Ce que j’ajouterais peut-être à partir de mon expérience, (et avec un petit peu plus de recul ): je dois actuellement dégoter des trésors de patience et d’énergie pour gérer la différence de leur besoins et leurs rivalités, depuis peu finalement. Notre troisième a maintenant trois ans et quelques mois, il est rentré à l’école cette année alors que son frère et sa sœur sont en primaire. Et donc nous en sommes au stade où on jongle sans cesse entre des moments où il peut et envie de suivre. Et des moments où les aînés ont vraiment besoin d’avoir leur temps à eux et lui a besoin de se reposer encore… C’est sans doute une étape. Peut-être que je le dépose ici un peu pour me soulager, un peu pour le partager.
    Merci et bravo pour cette belle famille.

    1. Merci Perrine pour ce témoignage très intéressant !
      J’imagine que nous serons sûrement confrontés à ce genre de situation.
      Ahhhh…la patience! l’élément clé. Je sais combien cela peut être épuisant. Quand les conflits deviennent trop nombreux et que je ne sais plus comment accompagner mes enfants, je convoque une « cellule de crise » ca fonctionne pas mal. Nous parlons beaucoup ici, ca aide…Et je n’hesite pas à me plaindre de la situation auprès de mes enfants, sans en faire trop, ca leur permet souvent de prendre conscience qu’ils débordent et que ce n’est agréable pour personne. Je le fais aussi souvent que nécessaire.
      Bon courage dans cette étape, la vie est une succession de compromis…

  11. Ce n est pas le plus important mais quand même qu est qu ils sont beaux ! Ici pas de 3ème mais je suis très intéressée par la gestion des rivalités, je n aime pas les disputes et chez moi il y en a plus que de moments de complicités 🙁 alors je prends note pour le livre, merci

    1. Merci beaucoup !
      ce livre est une mine d’or !

  12. Quel joli texte ! Chez nous les 1er sourires ont été pour les aînés Abel a 4 mois 1/2 et il a déjà un lien particulier avec sa soeur très maman et son frère toujours plein de petits gestes tendres. Après 2 mois très difficile pour moi ou j’ai frôlé le burn out j’apprends à profiter et me nourrir de cet amour que nos enfants savent si bien nous donner. Très jolie famille et votre bébé a des joues à bisous

    1. Tant mieux si cette période difficile est terminée alors ! C’est un nouveau rythme à trouver. Et c’est normal de cafouiller, ce n’est pas facile tous les jours…
      Des bises !

  13. Bonjour Laureen,

    Bon j’avoue que j’attendais cet article , et il est super, plein de douceur et de bienveillance. A l’aube de mes 35 bougies, deux grands (5 et 8 ans, ce sont des grands hein ?!!), l’envie du 3ème est forte très forte. Je me cache les oreilles quand les gens me disent que c’est de la folie, que c’est limite égoïste … Ben ouais, c’est égoïste de donner la vie et agrandir sa famille! Bref, ta petite famille est formidable. Je ne sais pas si ce petit dernier pointera son bout du nez, je l’espère vraiment. Pour moi, 3 enfants c’est une besoin, une évidence. Je rêve d’une grande famille et je capitalise là dessus ainsi que pour mes enfants. C’est un choix personnel qui fait des envieux et fait peur à ceux qui n’osent pas. Moi je dis, osons ! Donc voilà, super article qui fait du bien.

    Séverine

    1. Merci pour ton gentil message et ravie d’avoir répondu à tes attentes 😉
      Je te souhaite de concrétiser ce beau projet, si tu l’as dans ta tête et dans ton coeur…

  14. Bonjour Laureen,

    Bon j’avoue que j’attendais cet article , et il est super, plein de douceur et de bienveillance. A l’aube de mes 35 bougies, deux grands (5 et 8 ans, ce sont des grands hein ?!!), l’envie du 3ème est forte très forte. Je me cache les oreilles quand les gens me disent que c’est de la folie, que c’est limite égoïste … Ben ouais, c’est égoïste de donner la vie et agrandir sa famille! Bref, ta petite famille est formidable. Je ne sais pas si ce petit dernier pointera son bout du nez, je l’espère vraiment. Pour moi, 3 enfants c’est une besoin, une évidence. Je rêve d’une grande famille et je capitalise là dessus ainsi que pour mes enfants. . Donc voilà, super article qui fait du bien.

    Séverine

  15. Je confirme: rivalité entre frères et soeurs est une mine d’or!! Et j’en profite pour te dire que je suis tombée amoureuse de cette petite combinaison d’Elie… a tomber!

    1. Un livre tellement guidant 😉
      Merci !

Laisser un commentaire