On a testé les foret schools avec Petit Bateau !

Je suis une fille de la ville qui a grandi à la campagne.

Mes parents habitent dans une toute petite ville  et l’on compte des ânes et des chevaux parmi leurs voisins.

 

On peut donc aisément dire que mes enfants n’ont pas la même enfance que la mienne.

Néanmoins, si aujourd’hui nous sommes incontestablement des citadins, nous avons cette chance de pouvoir profiter d’un environnement plus rural pour un week end ou durant les vacances.

 

Je suis ravie que mes enfants puissent entretenir leur petit potager chez leurs grands parents, entreposer leurs affaires de pêche chez leurs arrières grands parents…autant de petits rituels auxquels ils ne souhaitent pas déroger.

Les mains dans la terre, ou à dos de poney, des bottes aux pieds ou à vélo dans les chemins…C’est aussi, ça leur enfance, entre deux musées…Et je crois d’ailleurs qu’ils ont de la chance de pouvoir vivre cette complémentarité.

Mais en ce moment, les week ends familiaux s’espacent davantage et on se sent forcément un peu privés de nos pauses « au vert ».

 

Depuis 2019, Petit Bateau (de même que l’ensemble des marques du groupe Rocher) s’inscrit dans une démarche environnementale engagée, se donnant comme mission de reconnecter les enfants à la nature.

 

Alors quand ils nous ont proposé de participer à des « forest schools », organisées en partenariat avec « Les Décliques » nous n’avons pas hésité longtemps.

Il faut avouer que permettre aux enfants de passer du temps en extérieur en ce moment, en s’occupant sainement, c’est le graal de tout parent citadin.

Alors que nous passons beaucoup de temps enfermés, il semble plus que jamais nécessaire de replacer la nature au cœur de nos préoccupations et Petit Bateau l’a bien compris.

Qui n’a pas en tête le fameux slogan « A quoi ça sert d’imaginer des vêtements si on ne peut rien faire dedans » ? alors la perspective d’enfiler bottes et cirés pour une matinée au contact de la nature nous a semblé plutôt chouette !

 

Sam et Rose ont déjà de belles convictions écologiques qui ne demandent qu’à murir, et sont très soucieux du sort de la planète.

Plus les enfants seront proches de la nature et mieux ils auront l’envie de prendre soin d’elle. C’est aussi pour cette raison que j’apprécie de faire classe en extérieur lorsque l’occasion se présente.

 

Je suis persuadée que le changement s’opère grâce aux plus jeunes…Ils ont beaucoup à nous apprendre.

Mes enfants ont été ravis de faire de nouvelles découvertes sur les abeilles et les vers de terre, ils ont construit des cabanes et se sont fait des nouveaux copains, le bilan est donc très positif.

Nous nous sommes déjà renseignés sur les prochaines forest schools parisiennes organisées par Les Décliques et je pense que cette première expérience marquera certainement le début d’une longue série.

 

Merci à Petit Bateau de nous avoir permis d’expérimenter ces ateliers et aux supers animateurs des décliques !

 

 

Laisser un commentaire